Trois finales perdues en cinq coupes d’Afrique des Nations et pourtant… ils y croyaient encore ! Société

 image

23 ans après leur premier succès, les Éléphants de Côte d’Ivoire sont à nouveau sacrés champions d’Afrique. Mais combien a été difficile ce parcours qui mène au sommet du football africain. Conspués et blâmés par les supporteurs durant plusieurs années, nos pachydermes ne se sont pas laissé aller au découragement. Par leur détermination et leur travail, ils y sont finalement parvenus. Lucarne sur une mentalité de gagneur, pour vous en inspirer.

 

Tableau sombre que celui de la prestation des éléphants de Côte d’Ivoire lors des cinq dernières éditions de la Coupe d’Afrique des Nations de Football qui a précédé leur sacre. Trois finales perdues en cinq compétitions, pourtant le talent des athlètes ne souffrait d’aucune contestation, d’autant plus que ceux-ci ont fait partie, pour la plupart, des meilleurs de la génération dorée de la fameuse académie de football Mimo Sifcom. Ces virtuoses du football ivoirien ont fait les beaux jours de l’Asec Mimosa et du football ivoirien à la fin des années 90. Une période inoubliable que l’on pourrait qualifier de ‘’miracle’’ du football ivoirien. L’on se rappellera toujours de leur brillante victoire, en 1999, à la finale de la Super-Coupe d’Afrique des clubs contre l’Espérance de Tunis. Ce match historique ouvrait aux ‘’académiciens’’ les portes d’une carrière professionnelle bien méritée dans les meilleurs clubs d’Europe. Yaya, Kolo, Maestro, Dindané… pour ne citer que ceux-là,  faisaient rêver la Côte d’Ivoire et l’Afrique tout entière. Outre ceux-ci, l’on peut ajouter des joueurs comme Kader KEITA et Didier DROGBA.

C’est incontestable, l’Équipe nationale de Côte d’Ivoire est la meilleure d’Afrique, en tout cas au vu de son effectif. Nous croyions tous en leur capacité, hélas que d’illusion à répétition. Malgré le flux d’entraineurs provenant des quatre coins de la terre, l’échec restait accroché aux pieds de nos chers éléphants.

‘’ L’effort fait les forts, à force de persévérer on y arrive toujours’’ dit l’adage, et la persévérance a été un moyen formidable pour ces jeunes athlètes. « J'ai été critiqué. Je ne suis pas grand, ni par le talent, ni par la taille. Mais je veux travailler et progresser. J'ai travaillé pour l'équipe, j'ai travaillé pour le groupe. Dieu est juste. » Indiquait à chaudes larmes Copa BARRY, le gardien de but après la victoire de son équipe à la CAN 2015. Gervais Kouassi YAO alias Gervinho disait, on s’en souvient, à l’occasion d’une interview, que l’échec accumulé durant toutes ces années, au lieu de les affaiblir, les rendait encore plus forts et que l’incrédulité des supporteurs, a été le moteur qui leur victoire.

La Coupe d’Afrique des Nations 2015 était un défi ultime pour cette génération de joueurs. Pour bon nombre d’observateurs, ceux-ci avaient perdu leur lustre d’antan. On les déclarait perdants et indésirables avant même le début des compétitions. Mais, à l’étonnement de tous, ils ont fait la différence, ils y ont cru jusqu’au bout, ils l’ont remporté de forte belle manière.

Cette victoire des éléphants est un bel enseignement. Dans notre vie, nous serons souvent confrontés à des échecs, des difficultés, des railleries, etc. mais nous devons toujours y faire face en étant persévérant, audacieux dans le travail.

L’histoire de notre Équipe nationale, championne de la CAN 2015, restera à jamais gravée dans nos mémoires. N’est-ce pas ce que nous retenons finalement d’eux ?                                                                       

Auteur de l'article

Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN est un Journaliste ivoirien de 30 ans. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, c'est un passionné des questions touchant au leadership de la Jeunesse africaine et de l'éducation des enfants.

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody