Jeunes, soyons responsables au boulot Expression

 image

Cela fait 5 ans que Gérard est sans emploi… Avec le nombre impressionnant de diplôme qu’il a empoché, le dernier étant un doctorat en sciences techniques. Il n’a pas gain de cause, même pour un emploi en deçà de son niveau. Chaque jour, il énumère un listing impressionnant de projets qu’il réaliserait, une fois son tout premier emploi obtenu. Dans sa quête d’emploi, il sollicite amis, connaissances oncles, parents, sans aucune réponse favorable. Quelques années plus tard, il est contacté par une structure spécialisée dans l’agroalimentaire. En effet, un cousin à lui avait pris soin de déposer son CV dans le cabinet de recrutement d’un ami à lui. L’entretien se déroule très bien et Gérard se voit attribuer un poste alléchant avec tous les intérêts attachés à son grade.

Très motivé, assidu, consciencieux, respectueux du règlement intérieur de son entreprise, Gérard est le premier à être à son poste les matins, comme tout nouveau salarié. Au point que ses collègues le soupçonnaient d’avoir élu domicile au bureau. Mais les jours passent et Gérard commence à ressentir une certaine lourdeur. On a envie de dire que sa petite vie de chômeur dans laquelle il pouvait dormir des heures durant lui manquait souvent. Au fil du temps, il a tissé des relations et développé pas mal de business qu’il privilégiait au détriment des tâches de l’entreprise.

Retard dans ses rapports d’activité, à ces rendez-vous  clientèle, gestion de ses propres business aux horaires de travail, etc. Ou encore boire un verre entre deux rendez-vous avec des amis. Toutes ces choses impactent négativement les chiffres  de son portefeuille client. Gérard est-il devenu amnésique ? A-t-il déjà oublié combien d’années il est resté sur le carreau, squattant salon, cuisine, en attendant un emploi qui le libérerait de cet ‘’esclavage’’, pour faire preuve de tant d’irresponsabilités ? Ces responsables ne pouvant pas supporter ce changement brusque et ce manque de professionnalisme, prennent une décision. L’entreprise décide de se passer de ses services. Gérard est licencié. Le revoilà, sur le banc de touche, sans emploi. Retour à la case départ. Entre-temps, son business avait également pris un coup, puisqu’il utilisait le nom de son employeur pour l’acquisition de ses marchés.

L’histoire de  Gérard est malheureusement le tableau d’une triste réalité qui court toujours.  Des jeunes motivés prêts à travailler, avec de grands projets, il y en a partout. Mais une fois qu’on leur donne cette chance, ils sont incapables de garder cet emploi si difficile à avoir en ces temps difficiles.

La responsabilité et la conscience professionnelles sont certes enseignées dans nos universités et grandes écoles, mais cela ne demeure que de la théorie. La pratique et l’exécution de ces valeurs professionnelles sont tout autre chose. Gérard en est la piètre preuve.  Frères, Sœurs, Jeunes, cela paraît simple, mais ce sont des valeurs intrinsèques qui se bâtissent et s’entretiennent. Il faut respecter son travail et le secret de la réussite, selon ma petite expérience, réside dans l’amour et le souci du travail bien fait, la créativité, l’innovation, l’anticipation, la détermination, le courage, le tout encré sur la foi dans tout ce que nous faisons. Voilà pour moi la définition du vrai JEUNE CADRE DYNAMIQUE. Tout le monde peut y arriver. Pourquoi pas VOUS ?

Auteur de l'article

Amy DEMBELE

Animatrice à Vibe Radio

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody