Julien Achille AGBE, 3ème meilleur jeune Leader africain qui fait bouger le continent Leadership

 image

Les clameurs suscitées à l’encontre de la Jeunesse n’ont pas cessé. Au contraire, elles se sont accrues ces dernières années. La dépravation des mœurs est à l’actif de la Jeunesse, la grande insécurité qui règne dans nos villes est encore mise à son compte, la cybercriminalité, etc. Bref, la Jeunesse est coupable des moindres maux qui minent la société et une analyse profonde pourrait nous convaincre de cet état de fait. Mais heureusement, le tableau n’est pas que sombre. Des lanternes existent parmi cette frange de la population et cela est de nature rassurante.  Julien Achille AGBE est une lanterne. Par ses actions, ce jeune ivoirien démontre clairement qu’on ne devient que ce qu’on pense intimement être. Dans sa tête, tous les jours de sa vie, Achille s’est toujours considéré comme un gagnant, un bon soldat dont le destin, ne peut se résumer qu’au succès. L’équipe de Tomorrow Magazine a passé une demi-journée enrichissante avec ce Jeune Leader et désire vous partager ce qu’elle a reçu. 

 

Nous sommes en mai et c’est le début de la saison des pluies. La ville d’Abidjan est recouverte d’eau et ce ‘’caprice’’ de la météo avait déjà empêché, la veille, un premier rendez-vous fixé avec Julien Achille AGBE. Bravant l’intempérie, l’équipe de Tomorrow Magazine a finalement pu rencontrer le Jeune Leader. Achille sort d’une séance de travail avec ses collaborateurs lorsque l’équipe fait son entrée au siège d’EIC Corporation, son entreprise. Visiblement heureux de la recevoir, il l’installe confortablement et le temps de quelques consignes à ses assistants, l’interview et la séance photo peuvent démarrer.

Un mental hors normes au service d’une grande ambition

Julien Achille AGBE fait la fierté de la Jeunesse ivoirienne. D’après un classement Top 30 de l’année 2016 du très célèbre magazine Forbes, il est considéré comme le 3ème entrepreneur le plus influent des moins de 30 ans qui font bouger l’Afrique. L’an dernier, il a glané le super prix Tremplin Ivoire de l’UNESCO du meilleur Jeune entrepreneur de Côte d’Ivoire. En 2014, il recevait des mains du ministre des TIC et de la Poste, Bruno Nabagné KONE, le 3ème Prix d’Excellence du secteur des TIC du Président de la République. D’autres prix et distinctions, et non des moindres, sont aussi à son actif, la liste est longue. Pourtant Achille n’a que 26 ans.

Si les fruits de ce succès sont aujourd’hui visibles, c’est bien parce qu’Achille a commencé à rêver grand, très tôt. « Je me suis dans un premier temps fixé un objectif de carrière professionnelle et de développement personnel. J’ai très tôt compris l’importance de la prise d’initiative. » Achille ressent le besoin d’apprendre ce que c’est que le leadership, il intègre alors une organisation de Jeunesse très connue dans le monde, l’AIESEC. En quatre ans, il gravit les échelons et devient le président de la section AIESEC de la ville de Bouaké, deuxième plus grande ville de Côte d’Ivoire. Il y apprend la discipline et la nécessité de l’éthique dans la gestion d’une organisation ou d’une entité humaine et matérielle.

Au bout de l’idée, Achille rêve de devenir un entrepreneur qu’on citera en exemple et il s’y prépare sérieusement. Il le sait, il lui faut avoir un mental de fer et beaucoup de courages pour y arriver, « Le succès procède d’une sérieuse préparation, de beaucoup de transpiration et d’un d’état d’esprit toujours positif ; même devant la difficulté. »

Enfant, Julien Achille AGBE rêve de devenir médecin. Ce rêve le conduit à s’intéresser aux matières scientifiques. Mais au cours secondaire, alors pensionnaire du Lycée Garçon de Bingerville, il change de rêve et veut désormais devenir ingénieur en gestion commercial. L’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny (INPHB) de Yamoussoukro est l’école dont il rêve d’intégrer. Mais il se verra refuser l’accès de cette école après l’obtention du BAC. Avec le soutien et les conseils de ses parents, il intègre la faculté de droit de l’Université de Cocody (aujourd’hui Université Félix Houphouët Boigny). Brillant élève, il s’oriente en droit des affaires en année de licence. Une nouvelle passion naît dans le cœur d’Achille, les finances et le business. Cette fois-ci, il est définitivement persuadé que c’est la voie qu’il doit emprunter. Il commence à apprendre auprès de certaines personnes expérimentées du secteur et aboutit à la création d’un organisme. « Ma passion naissante pour la finance et l’entreprenariat m’a incité à la mise en place de mon 1er club d’investissement que j’ai baptisé EIC Corporation. »

Création de l’un des clubs financiers les plus dynamiques de Côte d’Ivoire

En 2010, après l’obtention d’une maitrise en Droit Privé, le Jeune Achille intègre un cabinet d’avocats. Il poursuit, en parallèle, des études en administration et gestion d’entreprise dans une école de commerce de la place, et y obtient un Master 2, ainsi que des certificats en Management, Innovation, et Leadership. Ça se voit, la formation est un moyen incontournable pour celui qui veut aller loin. Achille continue son odyssée et devient en 2012, lauréat de la 1ère Edition du  programme de Leadership et de Public Speaking de l’ambassade des USA en Côte d’Ivoire. Il rejoint ensuite une firme internationale dans laquelle il occupe le poste de Business Development Manager. Après quelques temps de service, il prend l’une des décisions les plus importantes de sa vie, la démission. « Ma passion pour la finance et l’entrepreneuriat avait atteint un tel niveau que j’ai fortement ressenti le besoin de me consacrer entièrement à EIC-Corporation et d’en faire un label. »

Aujourd’hui, EIC Corporation jouit d’une crédibilité certaine dans le domaine des finances en Côte d’Ivoire et même à l’international. Julien Achille AGBE évoque le bilan de son entreprise avec beaucoup de satisfaction et de fierté, « Après 8 ans d’existence, nous avons atteint des niveaux de croissance admirable. Nous avons en 8 ans réussit notre implantation dans toutes les contrées de la Côte d’Ivoire et à présent, nous travaillons à notre expansion au sein de l’UEMOA, de la Zone CEMAC et du Maghreb. » Il est bon de savoir qu’EIC Corporation est la Fédération des clubs d’investissement de Côte d’Ivoire, membre de la Fédération mondiale des Clubs d’Investissement (World Federation of Investors Corporation), et aussi membre du GBAN (Global Business Angels Network). Au total, ce sont 85 clubs d’investissement qui y sont constitués, y compris des business angels.

Achille est issu d’une famille modeste. Son  père, très souvent absent pour cause de raisons professionnelles et sa mère, fonctionnaire d’État au Ministère de l’Education Nationale, lui ont donné une éducation stricte et rigoureuse. « Le travail passe avant tout chez nous. Ma mère, très sérieuse dans l’éducation qu’elle nous donnait, n’accordait la primauté qu’aux résultats scolaires. » C’est dans ce même esprit que le Jeunesse africaine devrait également être éduquée.

Rêve d’un Jeune leader pour la Jeunesse africaine

Lorsqu’on lui pose la question de savoir quel est son rêve pour la Jeunesse africaine, Achille devient du coup très sérieux et se redresse, comme s’il voulait se fait bien comprendre. À cet effet, il déclare ceci, « Réussir en Afrique c’est possible ! J’invite tous les jeunes à se mettre au travail. Aujourd’hui, nous (la Jeunesse) avons une mauvaise réputation, et on nous taxe à tort ou à raison de paresseux. Gagner de l’argent sans fournir d’efforts est devenu un mode de vie. Tout ceci est malheureusement une réalité. » Mais la lumière d’espoir de voir l’éclosion une jeunesse responsable, debout et entreprenante luit dans son cœur. Partout où il a la possibilité d’échanger avec des Jeunes de sa génération, il les invite au travail et à la création d’entreprises, « Il y a énormément d’opportunité à saisir. » dira-t-il.

Créer une entreprise est l’expression la plus élevée du don de soi, car on est absolument guidé par la passion de satisfaire un besoin observé, de régler un problème dans notre environnement pour lequel on se sent interpellé. En un mot, entreprendre c’est une mission. Alors pour ceux qui désirent l’accomplir, il serait bien utile d’observer les conseils d’Achille, « Il faut avoir le courage d’oser, en sachant que la partie sera très difficile et longue. On ne crée pas une entreprise pour renoncer ensuite. On aura certes des échecs par moments, mais ceci ne doit nullement devenir une fatalité. Le succès entrepreneurial n’est pas spontané, il faut de la patience, beaucoup de travail, de la passion, être toujours positif et prompt à réagir. »

À bon entendeur, salut !

Auteur de l'article

Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN est un Journaliste ivoirien de 30 ans. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, c'est un passionné des questions touchant au leadership de la Jeunesse africaine et de l'éducation des enfants.

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody