L’échelle des qualités humaines Leadership

 image

Corine,

Te souviens-tu des nombreuses interrogations que tu formulais à notre intention relatives à la nature humaine ? Une, en particulier, celle portant sur l’égalité des Hommes, nous a inspiré plus de réflexions et nous a exigé davantage en retenue pour être certain de l’utilité de ce que nous partageons avec toi en cette correspondance.

Si se questionner est symptomatique d’une détresse intellectuelle à ne point satisfaire à un besoin de compréhension malgré ce qui nous est servi, nous entendons et nous consentons généreusement à l’idée selon laquelle, prise naïvement, l’égalité des Hommes inspirerait plus le dogme que la vérité scientifique.

En effet, nous confessons : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune » selon l’Article 1er de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Le dire ainsi, c’est faire du droit l’unité de mesure universelle de l’Homme et la société, évoluée ou pas, le cadre d’expression de celui-ci. Il se renie et se dénie donc toute sorte de classification et de hiérarchisation de l’humanité.

Cependant, cette certitude ne te rassure pas autant qu’il le faudrait et ce, à l’observation de l’évaluation que nous faisons de nous-mêmes, en considération des autres. Il nous suffit d’apprécier l’intérêt que chacun manifeste au monde au-delà et indépendamment de sa personne. Il nous suffit d’apprécier les actions et les réactions pour jauger les réflexions. Et sans trahir les Croquants, la Révolution Française, Eleanor Roosevelt et consorts, nous pouvons dire que nous sommes égaux et ce, exclusivement en tant qu’être humain. Oui cela est suffisant pour que ni la génétique, l’histoire, la géographie, l’économie et la politique ne nous disqualifient.

Mais, va-t-il falloir être honnête vis à vis de toi ma très chère. Au-delà du produit de l’instruction, des traits et excroissances de civilisation qui font de certains des peuples développés quand d’autres le sont moins, lorsque nous apprécions objectivement un individu par rapport à un autre, ceux-ci ne nous inspire pas nécessairement la même considération pour peu que la Raison et les produits de celle-ci ne sont pas automatiques, elles se conquièrent. Or de la Raison, nous suggérons la réflexion qui stimule les actions et les réactions acceptables et compatibles à la fois à ce que nous sommes et à ce que les autres sont en tant que tels au-delà de ce qu’ils pourraient représenter intimement pour nous. Et nul besoin de belle naissance ni de haute instruction pour satisfaire à cette exigence, la Raison ou le bon sens suffit. Et si la Raison en tant que bon sens est désormais la norme, il suffit de réfléchir sur pourquoi et comment nous nous exprimons seul ou parmi les autres pour que le sceptre de notre personne révèle une échelle de performances et de qualités qui, sauf hypocrisie, nous fait distinguer très nettement, l’être humain, la personne humaine, le citoyen, le leader, le décideur et le gouvernant. Et bien entendu, Corine, sans qu’il nous soit suggéré, nous réservons à chacun des individus incarnant ses qualités, notre considération et consentons à leur accorder des privilèges que nous jugeons dignes d’elles. Comprends donc que ce qui importe ce ne sont pas les traits physiques de l’individu, mais ce qu’il incarne en vrai.

Oui Corine, ta détresse est légitime car c’est uniquement en tant qu’être humain, c’est-à-dire, un individu un peu plus intelligent que la plupart des animaux que nous sommes tous égaux et espérons mériter les droits qui sont dus à la personne humaine. C’est donc une aspiration que suggère une élévation de notre standard. Ainsi, il te faudra évoluer de la qualité d’Etre Humain à celle de Personne Humaine, c’est-à-dire celle qui pense son existence et son bien-être par rapport aux siens, pour conquérir des autres les droits et privilèges que te sont reconnus. Il te faut devenir par la suite une Citoyenne, c’est-à-dire celle qui pense son existence et son bien-être par rapport au groupe social, pour que tu sois trouvée digne de contribuer à la gouvernance de ton pays. Il te faut devenir un Leader, c’est-à-dire, celle qui pense l’existence et le bien-être des générations présentes par rapport aux générations à venir. Il te faut devenir une Décideuse, c’est-à-dire, celle qui dit ce qui est constitutif de l’existence et du bien-être de tous. Il te faut devenir un Gouvernant, c’est-à-dire, celle qui préserve et améliore durablement l’existence et le bien-être de ceux dont tu présideras le destin commun.

Maintenant, Corine, considère ce que nous partageons avec toi Evalue-toi. Estime ce que tu es en vrai et fais le choix de l’Evolution plutôt que celui de la Révolution.

 Lisez gratuitement Tomorrow Magazine, en cliquant ici.

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody