Qu’est ce qu’un blogueur ? Leadership

 image

Étudiante en droit International Public, Community manager et initiatrice du blog RAR « Rythmes d’Afrique, Racines », Orphélie THALMAS a été primée en juillet 2014 « Meilleur Blogueur de Côte d’Ivoire » A travers RAR, Orphélie désire nourrir et partager sa passion pour l’art et la culture, et surtout réconcilier le citoyen africain avec son capital culturel, le faire découvrir au reste du monde, et mettre en gros plan les valeurs artistiques du continent noir. Dans ce numéro 11 de Tomorrow Magazine, Orphélie THALMAS, nous fait découvrir le métier de Blogueur.

 

Tomorrow Magazine : Pouvez-vous nous faire une brève présentation de votre personne et de votre blog ?

Orphélie THALMAS : Je suis Orphélie THALMAS et je suis Blogueuse et digital manager de profession. Mon blog www.rythmafriq.com fait la promotion de l’Art et de la Culture en Afrique et plus particulièrement de la Côte d’Ivoire, où je suis basée et d’où je suis originaire.

TM : Pourquoi avez-vous décidé de créer ce blog ?

OT : Pour partager le bouillonnement culturel africain, faire découvrir l’univers artistique africain riche, donner mon avis, faire des propositions, échanger avec d’autres passionnés et actifs, jouer ma partition, apporter quelque chose.

TM : Comment se comporte votre blog depuis ces dernières années ?

OT : Déjà la plateforme a changé de design et a une meilleure ergonomie. Elle est aussi plus organisée. En termes de notoriété, il y a aussi eu une évolution. RAR est de plus en plus associé à des événements culturels de grande envergure. L’audience a également grimpé de même que la crédibilité. Il y a maintenant des contributeurs permanents pour un contenu plus riche car je ne suis pas blogueuse à temps plein et le blog devient communautaire du coup.

TM : Meilleure blogueuse de Côte d’Ivoire en 2014, qu’est-ce qui a selon vous, milité en votre faveur ?

OT : Je suppose que c’est l’importance du thème de mon blog puis de la consistance et la diversité du contenu.

TM : Qu’appréciez-vous le plus dans le fait d’être blogueuse ?

OT : La liberté dans la forme comme dans le fond. Je définis ma ligne éditoriale, l’apparence du site, etc. Il m’aurait peut-être fallu plus de temps également pour interviewer certains artistes si je devais attendre de travailler dans un journal ou de créer un magazine coûteux, mais aujourd’hui je le fais aisément. J’ai créé le blog, je l’ai entretenu comme un média à part entière de sorte à intéresser tout le monde.  

TM : Quelles ont été vos plus grandes difficultés et vos réussites étincelantes en tant que blogueuse ?

OT : Le temps et les moyens financiers pour les difficultés, mais pas insurmontables. Pour les réussites, il y a avant même le prix de meilleure blogueuse, l’interview avec Lokoua Kanza, Daara J family, l’accréditation pour le Masa et l’AfrikFashion show, l’accompagnement d’une société de téléphonie mobile, alors même que j’étais méconnue de la communauté web ivoirienne. À cet instant, vous saisissez bien le mérite du travail mené avec passion et un minimum de sérieux. Après il y a eu le Prix E-voir Blof Awards, l’invitation du Cameroun Art Critics et du Goethe Institut Cameroun à intégrer le réseau des journalistes culturels de l’Afrique subsaharienne lors d’un atelier à Yaoundé. J’ai également eu beaucoup de joie à recevoir le prix du meilleur article  lors de la rencontre Génération Entrepreneur par Alter médias.

TM : Quelles sont les qualités que l’on doit avoir pour être un bon blogueur ?

OT : La passion, le sérieux, et une vision. Je suis une “pro-spécialisation”. Choisissez un domaine et démarquez-vous. Ne vous laissez pas trop influencer par un top plein d’avis. Parlez de ce qui vous intéresse et vous inspire. Après, bloguer c’est aussi et surtout une thérapie en soi, un moment à vous dans un coin à vous. Ne partez pas sur les bases d’un business par mimétisme. Allez-y doucement, doucement comme on le dit en Côte d’Ivoire.

TM : Quels conseils donneriez-vous à un blogueur débutant pour donner plus de visibilité à son blog ?

OT : Pour avoir de la visibilité, il faut de la régularité, abordez des sujets d’actualité qui concernent ou pourraient intéresser votre lectorat. Faites découvrir un talent, une personnalité, ou un phénomène peu connu mais particulier. Partagez sur les réseaux sociaux (sans pour autant spammer), utilisez des titres parlant, des images agréables et de qualité.  

TM : Selon vous, peut-on vivre du métier de blogueur en Côte d’Ivoire ?

OT : Pas encore, mais ça vient il me semble. Les blogueurs deviennent de plus en plus influents. Mais il faut reconnaitre qu’avec un blog bien tenu, on peut quand même arrondir parfois les fins de mois.

Auteur de l'article

Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN est un Journaliste ivoirien de 30 ans. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, c'est un passionné des questions touchant au leadership de la Jeunesse africaine et de l'éducation des enfants.

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody