Fiche métier : Le Botaniste Leadership

 image

Dans fiche métier de ce mois de juin, nous vous invitons en plein cœur de la nature pour respirer une grande bouffée d’air frais. Nous découvrirons le métier de botaniste avec Ambroise ABOUSSE, Coordinateur principal du groupe des initiateurs pour le développement de la médecine africaine et chef de l’unité de médecine traditionnelle à la direction départementale de la santé de Yamoussoukro.

 

Tomorrow Magazine : Présentez-vous aux lecteurs de Tomorrow Magazine.

Ambroise ABOUSSE : Je suis Ambroise ABOUSSE, ethnobotaniste, ethnomédecin et ethnopharmacologue de profession. Je suis par ailleurs Coordinateur principal du groupe des initiateurs pour le développement de la médecine africaine, Vice-Président de la fédération des organisations de médecine traditionnelle en Côte d’Ivoire et chef de l’unité de médecine traditionnelle à la direction départementale de la santé de Yamoussoukro.

TM : De manière concrète, comment pourrait-on définir le métier de botaniste ? Et comment êtes-vous arrivé à ce métier ?

A.A : Le botaniste est un scientifique de haut niveau, spécialiste de la biologie végétale. Il étudie les plantes, les fleurs, les fruits, les légumes et les arbres dans leur environnement naturel et en laboratoire. Son objectif c’est la connaissance, la protection et l’utilisation de ces plantes. Je suis né dans une famille paysanne dont la plupart des membres étaient des praticiens de médecine traditionnelle. Ceux-ci m’ont permis d’avoir très tôt d’excellentes connaissances des végétaux et ma rencontre avec des chercheurs botanistes m’a motivé à aimer ce métier et à l’étudier.

TM : Quels sont vos outils de travail ? Et comment se déroule votre travail au quotidien ?

A.A : Comme tous chercheurs, le botaniste partage son temps entre les activités sur le terrain et les analyses en laboratoire. Sur le terrain, au contact de la nature, le botaniste dresse des inventaires de plantes, de fleurs et d’arbres. Il établit des cartographies botaniques des lieux qu’il est chargé d’étudier et effectue des prélèvements de la flore à fins d’analyses. Une fois en laboratoire, le botaniste analyse les prélèvements effectués, les met en culture et organise des herbiers. Il confronte les notes prises sur le terrain et le résultat des analyses en laboratoire, puis rédige un rapport dans lequel il présente ses conclusions. Le botaniste est généralement enseignant-chercheur. Il est donc non seulement appelé à enseigner dans une université, mais il peut également être chargé de conduire des projets de recherche dans un EPST (établissement public à caractère scientifique et technologique).

Enfin, le botaniste peut publier des articles dans un périodique spécialisé et participer à des conférences et des séminaires, à travers le monde, associés aux thématiques environnementales, agronomiques et de développement durable. Vérifier, décrire, classer, rédiger et cultiver, constitue l’essentiel du travail du botaniste. Outre des compétences scientifiques avérées, la patience, la rigueur et la minutie sont des qualités indispensables à la pratique de ce métier.

T.M : le métier de botaniste nourrit-il son homme ?

A.A : Oui, il y a un regain d’intérêt pour les végétaux. La rué vers l’or vert dont nous sommes les protecteurs, nous laisse croire sans aucun doute que c’est un métier plein d’avenir. Tous les produits cosmétiques et les compléments ont une source bio, végétale et naturelle… et pourtant il existe très peu de botanistes. Allez-y comprendre quelque chose.

T.M : Quels sont les conseils que vous donneriez aux jeunes qui aimeraient embrasser ce métier ?

A.A : Je leur dirai que c’est un métier d’avenir et que la botanique figure parmi les métiers verts et du développement durable.

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody