Vital SOUNOUVOU : Le jeune béninois qui révolutionne le commerce local Leadership

 image

Véritable carrefour d’idées novatrices et d’activités communautaires, le Bénin avec ses 10 millions d’habitants, est devenu depuis peu un creuset à entrepreneurs. Dans notre tournée sur le continent, nous sommes allés à la rencontre d’un jeune béninois qui innove et propose une solution intelligente aux producteurs locaux. Vital SOUNOUVOU a 26 ans et est le fondateur d’Exportunity, une plateforme qui gère les transactions acheteurs/vendeurs entre l’Étranger et l’Afrique.

 

Maladif dans son enfance, aujourd’hui à motricité réduite, le jeune Vital SOUNOUVOU, qui ne se sépare jamais de sa canne, déclare que son parcours a été un véritable chemin d’adversité et de combativité, «De 6 ans à 12 ans, j’ai passé mon temps à l’hôpital à cause de ma jambe. La vie après l’hôpital n’était faite que de défis. La seule option pour rester digne était de réaliser mes rêves dans un monde où j’étais vraiment méprisé.»

Après son baccalauréat obtenu en 2007 à Porto-Novo au Bénin, il poursuit ses études en France, où il va décrocher en 2010 deux licences professionnelles, une en télécommunications et une autre en ingénierie informatique et réseaux. Il décide de devenir entrepreneur à partir d’un constat fait au Bénin, son pays. Il n’existait pas de passerelle entre les gros acheteurs, des gens capables de payer 100 conteneurs de riz par mois, et les producteurs locaux.

Pour combler le besoin, il lance sa start-up Eworbiz puis Africa Mega Product. Avec l’aide de certains amis, il organise des mini-foires d’expositions de produits locaux. Mais les débuts sont très difficiles. L’environnement des affaires n’était pas très propice en ce moment-là. Endetté puis lâché par de nombreux collaborateurs, il décide de mettre la clé sous le paillasson.

En 2011 à l’initiative d’un programme des nations pour la population dénommé 7 billions actions  pour la célébration des 7 milliards d’habitants, son initiative retient l’attention d’experts : Cela fut un déclic pour le succès de son projet.

Mais c’est davantage sa rencontre avec un Émirati, Sam KHANAKAZI qui va lui fait prendre définitivement son envol, «Un Émirati m’a invité dans sa ville et il m’a dit des choses qui ont été un choc pour moi. Il m’a dit ceci : Nous avons transformé notre désert en or. Tu ne seras jamais riche chez nous. Notre système est conçu de sorte à ce que votre argent reste chez nous. Tu es venu ici en taxi de Dubaï. Tu manges et dors dans des hôtels de chez nous. Quand l’argent quitte ta poche, il va où ? Si tu veux faire quelque chose, rentre chez toi.» Cette conversation venait de lui faire prendre conscience que travailler à bâtir son continent et à améliorer la vie des africains qui travaillent dur pour une vie meilleure devrait être son objectif premier.

Vital lance Exportunity en 2012. Cette plateforme se propose de devenir l’intermédiaire entre les investisseurs et les producteurs locaux en Afrique. Dans un élan de stimuler la productivité locale, Exportunity travaille à la mise en réseautage des entrepreneurs du continent.

L’entreprise compte aujourd’hui plus de 750 clients et une base de données de 85 000 entreprises. Exportunity emploie 17 personnes. Sur son chiffre d’affaires, Vital SOUNOUVOU n’est pas prolixe, mais certains médias internationaux à l’instar du Magazine Forbes, le classe dans le top 30 des jeunes entrepreneurs  de moins de 30 ans les plus prometteurs de l’Afrique.

Participant de la première cuvée YALI 2014, distingué par le programme entrepreneurial Tony ELUMELU 2015, Vital SOUNOUVOU est ambassadeur du Global Youth Innovation Network, une initiative du programme des Nations Unies pour l’agriculture.

Vital SOUNOUVOU en 5 citations

«Il ne faut pas démarrer un projet pour l’argent. L’argent n’est que la conséquence. Il va et il vient mais les relations restent. Il faut investir dans les relations, les bonnes relations.»

«La gratitude est un amplificateur du succès. Soyez reconnaissant envers ceux qui croient en vous, ils constituent une échelle vers votre succès.»

«Il faut avoir une vision, ne jamais arrêter de travailler et ne jamais arrêter de croire. Parce que quand on arrête d’y croire, c’est qu’on a tout perdu. C’est une question de foi.»

«C’est bien de pouvoir monter une très grande entreprise, mais c’est encore mieux d’aller au bout de la vi­sion. Pour moi, jusqu’à présent, c’est arrivé avec beaucoup de facilitation divine et je pense que cela ira beau­coup plus loin.»

«We build our universe everyday through our actions. Make sure to build with good energies and values. Those will be the barometers to the sustainability of your accomplishments.»

Auteur de l'article

Romuald NGUEYAP

Correspondant au Cameroun

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody