Le déluge a-t-il réellement existé ? Leadership

 image

Répandu dans de nombreuses cultures et traditions, l’histoire du déluge fait partie des mythes les plus anciens de ce monde. Les livres sacrés tels que, la Bible et le Coran, évoque un déluge auquel aurait survécu un homme du nom de Noé, sa famille et un couple de toutes les espèces animales. Si plusieurs personnes doutent de la véracité de ce récit religieux, d’autres sont persuadées par de son authenticité. Vrai ou pas vrai, ces questions nous ont poussés à y voir un peu plus clair.

 

Pourquoi certains n’y croient pas ?

Plusieurs scientifiques mettent une croix à l’éventualité d’une quelconque existence du déluge avant même qu’on ne l’évoque. En effet, selon le site internet de découverte scientifique et historique Dinosoria, aucune personne n’a su expliquer concrètement l’existence d’un déluge ou d’un bateau, si ce n’est que sur des suppositions. Selon les écrits, le mythe du Déluge remontent à environ moins de 5 000 ans avant J.C, puisqu’avant sa présumé survenance, l’écriture n’avait pas encore été découverte.

Toutefois, avec les datations au carbone l’on a pu situer cette période à au moins 7 500 ans avant J.C. Ce qui signifie que la tradition orale dut conserver ces événements pendant au moins 2 500 ans. Comment cela s’explique ? La bible explique que, l’arche de Noé a été déposée par les eaux au sommet du mont Ararat (montagne existante qui est située en Anatolie, dans l’actuelle Turquie). Toujours selon Dinosoria, plusieurs expéditions ont été menées dans cette montagne pour trouver des restes l’Arche de Noé. En 1955, des alpinistes français, Navarra et De Riquier, arrivent à dégager une partie de la structure d’un bois enfouie sous la glace. Après analyse, il est scientifiquement prouvé qu’il ne s’agissait d’une pièce de chêne équarrie vieille de plus de 5 000 ans. Rien à avoir avec le bois de gopher qu’évoque la Bible.

A lire aussi : Les sept merveilles du monde  

Aussi, la présence de l’épave d’un navire, qui y avait échoué dans un temps lointain, avait déjà été signalée par des ouvriers turcs en 1839. Ce qui montre qu’il est scientifiquement impossible que le niveau de la mer ait pu s’élever jusqu’à 4 500 mètres d’altitude. En outre, des scientifiques russes ayant également mené une expédition sur la montagne ont annoncé que : « Ce que l’on pensait être les vestiges de l’arche de Noé sur les pentes du mont Ararat en Turquie se révèle, en réalité, être des formations naturelles. » D’après les tests du rapport de leur expédition sur la pente ouest, en automne 2004, prouvé par des bandes vidéo et des échantillons d’objets, les scientifiques ont confirmé que les échantillons ne provenaient aucunement du déluge, mais plutôt d’un volcan.

Les raisons d’une croyance ?

Au-delà de la Foi que les chrétiens et les musulmans ont l’égard des livres saints et de tous leurs contenus, d’autres facteurs semblent corroborer l’existence du déluge. Plusieurs mythes abondent dans le même sens que les récits bibliques et coranique. Un mythe indien relate, par exemple, les mêmes faits que ceux contenus dans la Bible. En effet, il existe une version indienne d’une légende babylonienne de l’épopée de Gilgamesh, où Noé se fait appelé Ziousoudra.

A lire aussi : La Waitomo Glowworm Caves, une grotte qui abrite des étoiles

Autre aspect qui convainc de la survenance d’un déluge, c’est la découverte par des scientifiques et des archéologues de plusieurs couches stratigraphiques qui indiquent qu’il y a eu dans l’antiquité de très fortes précipitations à Our (ancien pays de Sumer, aujourd’hui Irak). En effet, En 1929, a été révélée dans les fouilles archéologiques de la ville antique sumérienne d’Our, une couche argileuse de plus de deux mètres. Selon les analyses apportées il s’agirait d’un dépôt laissé par les eaux d’une immense inondation. Les vestiges d’une civilisation présents sous cette couche argileuse viennent encore appuyer la thèse que le déluge a effectivement eue lieu. On note également ces mêmes découvertes dans certaines autres villes de la région, notamment à Fara, Ninive, Babylone, Ourour, Shourouppak, Kish et Tello.

En 1998, une expédition franco-roumaine a établi une image des fonds de la Mer Noire et qui démontre l’existence de dunes de type ‘’aérien’’, vieilles de 7 100 ans.
Ces dunes selon les analystes, se trouvaient à cette époque à l’air libre. Elles ont donc été englouties. Enfin, des coquillages de mer ont remplacé ceux d’eau douce dans toute la mer Noire il y a 7 500 ans.

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody