La mondialisation face à l’environnement Leadership

 image

Depuis les années 80, l’économie mondiale est devenue de plus en plus intégrée. Trois facteurs ont contribué à cette évolution : la baisse des barrières tarifaires et non tarifaires au commerce international,  les  progrès  réalisés  dans  les  moyens  de  communication  et  les technologies d’information, la réduction des  freins à l’investissement direct étranger. Ces facteurs ont contribué à la baisse des coûts des transactions internationales, et en l’occurrence l’augmentation des échanges internationaux.

Cette croissance de l’économie mondiale ne sera pas sans effet sur l’environnement, étant donné que l’activité économique (la production et l’investissement) puise ses ressources dans l’environnement et y rejette les déchets et rebuts.

L’impact  environnemental  de  la  mondialisation  s’avère  difficile  à  déterminer.  La mondialisation qui provoque de multiples phénomènes économiques : le développement des échanges,  la  spécialisation internationale,  la  délocalisation  de  la  production,  le  transfert technologique, le renforcement de la concurrence.

Les conséquences négatives de la mondialisation sur l’environnement font couler beaucoup d’encres et de salives. Les libéraux, pensent avoir la solution. Ceux-ci, partisans de la mondialisation, prônent que celle-ci ne se traduit pas  seulement  par  la  libre  circulation  des  marchandises  et des  capitaux,  mais également et surtout aujourd’hui par des échanges technologiques. Avec l’ouverture des économies, les entreprises locales ou nationales sont à mesure d’importer des technologies  environnementales propres et plus  performantes.  Contrairement aux libéraux, les  économistes  de gauche  (les  altermondialistes)   considèrent  la mondialisation comme source, entres autres, de problèmes environnementaux. Selon ces derniers, la croissance économique et le commerce international sont des menaces pour l’environnement. Du coup, la libéralisation des échanges et l’expansion de ceux-ci paraissent comme peu compatible avec la préservation de l’environnement.

Les travaux réalisés dans ce domaine ont montré que la nature des effets de la mondialisation est bien plus complexe qu’on ne le pense. Ce phénomène a, en effet, des aspects contradictoires, qui comportent à la fois des points positifs et des points négatifs sur l’environnement.

Quels  sont  les instruments   et   les   moyens   de   gestion   de   l’environnement   dans   le   contexte   de   la mondialisation, notamment pour les pays en voie de développement, et quelles en  sont les portées et les limites ? On en reparle le mois prochain. Restez connectés.

Auteur de l'article

Emefa A

KPEGBA ,Social Tech-Entrepreneur (Togo)

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody