Lorsque les parents démissionnent… Expression

 image

 

Pendant qu’une partie de notre jeunesse se bat pour redorer le blason de cette génération 2.0, certains prennent un malin plaisir à créer des ulcères cancéreux qui paralysent ces efforts.

Que l’on s’en offusque ou pas, il faudrait néanmoins reconnaitre qu’il faut tout reprendre de zéro.

La question qui titille l’esprit des plus lucides semble tellement évidente mais si complexe en même temps : A qui la faute ?

Quand les bases de l’éducation familiale sont pratiquement ignorées,

Lorsque la télévision et les réseaux sociaux remplacent les conseils des parents et l’attention que ceux-ci doivent donner à leurs enfants,

Quand la nounou devient la mère par intérim et que les parents laissent leurs enfants se débrouiller sur l’éducation civique et sexuelle à l’approche de l’adolescence, on se retrouve sans surprise avec des adolescents sans aucune culture du respect, fervents pratiquants de la débauche dans tout son sens.

Quand on offre à sa petite fille des poupées à la peau blanche et que cette dernière nous observe utiliser des produits pour soit disant illuminer notre teint, comme on aime brandir comme excuse,

Quand l’on n’apprend pas à sa progéniture à apprécier et aimer sa couleur naturelle, ne nous étonnons pas de nous retrouver avec des jeunes filles aux 50 nuances de jaune à la limite couleur peau de banane décomposée.

Lorsqu’on apprend à nos garçons qu’ils sont plus importants que leurs sœurs et qu’on les expose à la violence en leur offrant des armes à feu comme cadeaux de noël,

On se retrouve avec un taux élevé  de violence contre les femmes, avec de nombreuses campagnes de sensibilisation et malheureusement des morts sous les bras.

Le mal étant déjà fait, le seul espoir qui se présente à nous c’est de miser sur cette génération consciente qui veut bâtir un avenir meilleur.

Cet avenir où les jeunes filles connaissent la valeur du travail et n’échangent pas leur dignité contre de l’argent,

Cet avenir où les jeunes garçons avertis et conscients du danger de la drogue et de la violence, s’élèvent en soldats pour la non-violence et le respect des codes moraux et civiques.

Il est possible de parvenir à cet idéal ou du moins de réduire la gangrène qui détruit notre jeunesse si le travail réel débute entre 4 murs, à la maison, en famille.

Nous, parents actuels, parents en devenir, faisons de ce challenge une priorité. C’est notre devoir car les mêmes causes produisent les mêmes effets quand les parents démissionnent.

 

Meganne BOHO

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody