Sortons des limites que nous imposent nos réalités Expression

388007356388007356.jpg

Chômage, pauvreté, scolarisation, etc. tels sont les maux qui minent la Jeunesse africaine aujourd’hui. Face à cela, nous sommes remplis d’effrois, de doutes et de désespoirs. Très souvent dans nos réflexions, nous nous laissons emporter par la croyance selon laquelle nous sommes défavorisés, désavantagés, n’ayant aucune richesse, ou même maudit. Malheureusement, le poids de nos difficultés nous pousse à ne considérer que nos manques, au lieu de voir la puissance extraordinaire, la faculté inouï qui sommeille en nous.

Nous possédons ‘’l’arme de construction massive’’ la plus puissante au monde, plus importante encore que tout ce qui a existé. C’est un don de la vie.

Avec elle, nous avons la possibilité de transformer les déserts en oasis, de réinventer des situations chaotiques en d’intenses moments de bonheur, de stopper la course du soleil pour bénéficier de sa lumière en tout lieu et en tout temps.

L’imagination. Par elle, des Rois ont conquis et ont exploité des territoires encore inexplorés, des cités d’argent ont été tirés du sable, de grands fleuves ont été arrêtés dans leur élan pour produire à la lumière ce qui est caché, des pauvres ont dominé des princes et le monde, des continents entiers se sont transformés en cases et la terre, en un grand village.

Tous autant que nous sommes, nous possédons cette arme en nous. L’imagination, nous avons commencé à la développer depuis notre enfance.

Souvenons-nous de l’imagination débordante que nous avions en jouant lorsque nous étions tous enfants. Malgré le manque de jouets modernes ou de jouets tout court, avec notre imagination et les objets qui nous entouraient, nous avions la possibilité de créer un monde dans lequel nous étions les plus heureux. Cette imagination nous sortait du carcan que nous imposait la réalité.

Cette faculté a-t-elle disparut en nous ? Je crois que non, elle y sommeille et seuls ceux qui en n’ont conscience, l’utilisent pour changer leur monde. Et nous, qui sommes-nous à ne rester qu’à ne rien faire, ne devons-nous pas employer cette force créatrice pour réinventer notre Afrique, notre communauté et notre environnement ? Ou devons-nous continuer à nous plaindre ?

Ce qui est sûr, nulle part dans le monde, s’apitoyer sur son sort et rejeter la faute sur les autres a été source de développement, au contraire cela a causé bien de conflits. Mais c’est plutôt notre capacité à imaginer de nouveaux procédés, de nouvelles possibilités qui créent le développement et conduit à un monde meilleur. 

Jeune africain !!! Il est donc temps pour nous d’user de ce don de la vie pour changer nos réalités.

 

Richmond KEMANHON,

Etudiant en master de Sciences Economies

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody