Je rêve d’une Afrique qui retrouve ses repères Expression

393973211393973211.jpg

Nous sommes loin aujourd’hui de cette réflexion «nos ancêtres sont les gaulois». Nous ne disons peut-être plus cela, mais savons-nous réellement qui sont nos vrais ancêtres ? D’où nous venons et qui sommes-nous réellement ? Regardons un instant.

L’Occident montre à ses enfants, dès leurs plus bas âges, qui sont leurs héros : «Nous descendons des Gaulois, peuple dit barbare, mais fort ! Ils ont vaincu la puissante Rome ! Le roi Napoléon et ses conquêtes, etc.» Ces enfants grandissent et sont fiers de leurs origines et ont une telle estime d’eux-mêmes qu’ils sont convaincus qu’ils sont les meilleurs, bénis des dieux et qu’ils peuvent dominer le monde.

L’Afrique par contre, n’a de tout temps présenter à ses enfants que des bouffons, des hommes conquis, faibles ou carrément traités de sanguinaires qui, ne faisaient que brimer leurs peuples. L'on se souvient de ces scènes télévisées avec des exécutions de Chaka Zoulou, de l’histoire de Samory TOURE, du roi Gbêhanzin et de bien d’autres. Oui, ces hommes nous ont toujours été présentés comme des barbares !

La conséquence de cette caricature de nous-mêmes est que nous sommes convaincus que l’africain ne sait faire que du mal à son semblable. L’Afrique doit se développer, émerger, loin de la perception qu’elle a d’elle-même. Sommes-nous seulement conscients que l’image que nous avons de nous-mêmes est moteur de développement ? Et qu’elle-même est forgée par nos repères.

Pour exemple, regardons Israël. Pourquoi les juifs n’arrêtent pas de se conter l’histoire d’Abraham, de Moïse, de David, des prophètes et des exploits que Jéhovah a accomplis dans le passé ? Parce que cette histoire leur montre qu’ils sont le peuple choisi de Dieu et qu’ils sont, de ce fait, forts et indestructibles. Quelles que soient les tribulations qu’ils traverseront, ils restent convaincus que rien ne peut les ébranler. Alors africains, quels sont nos repères ?

Janvier 2003, je rentre en faculté d’histoire ou j’étudie un module intitulé ‘’Histoire générale de l’Afrique’’. Cette matière présente les différentes civilisations africaines. Que ne fut pas mon étonnement de découvrir la richesse des civilisations africaines ! J’ai découvert des empires très organisés, du raffinement, de l’intelligence, de l’art et de la négociation, des stratégies guerrières avisées qui ont mis en déroute plus d’une fois certaines armées coloniales.

Voici la vérité. Samory TOURE n’était donc pas un révolutionnaire sanguinaire, mais un fin stratège redoutable face aux envahisseurs coloniaux ! Gbêhanzin était le roi intelligent d’un grand royaume africain riche et très puissant qui a perduré pendant des générations ! Les égyptiens à l’origine de l’une des plus belles civilisations du monde et inventeurs des hiéroglyphes, étaient des noirs avec des cheveux crépus ! Les africains n’étaient donc pas nuls et mauvais avant la colonisation !

Comment de telles civilisations ont pu naitre, se développer et prospérer ? Je me suis rendue compte que l’Afrique m’avait été contée à travers des lentilles fausses, à travers le regard de l’envahisseur qui lui, bien entendu, est resté le héros du film ! «Les blancs sont venus nous sauver» Qui sommes-nous peuples d’Afrique ? Cette question me semble essentielle encore aujourd’hui parce qu’elle définit l’estime et l’image que nous avons de nous-mêmes.

Africains déracinés et complexés, cherchant à être comme des blancs, refusant d’être des noirs, et perdus dans tout cela. Pourtant, aujourd’hui ni noir, ni blanc, sans identité propre. Une espèce hybride sans vrai repère, qui ne sait être fier de qui il est, parce qu’il ne sait qui il est. Ce manque de repères à mener à l’inconstance et à l’indiscipline notoire connues des africains. La conséquence de ce que nous avons été longtemps privés de notre histoire, la vraie ! Celle qui nous présente nos héros, nos rois, nos hommes forts, nos conquêtes et nos exploits. Nous sommes conditionnés par cette histoire falsifiée que nous présente le conquérant occidental.

Je rêve que nous jeunes africains émancipés soyons décomplexés de nos origines. Que nous nous inspirions de nos héros et que nous soyons fiers de ce que nous sommes. Nous pouvons bien nous inspirer des peuples d’Asie. Ceux-ci ont aussi connu la colonisation, mais ne se sont pas laissés dénaturer. Un homme sans repère ne peut aller bien loin, il ne pourra que tourner en rond. Je rêve que nous ne pensions pas seulement «hum les blancs sont forts !». Mais que nous soyons convaincus que nous le sommes aussi : intelligents, créatifs, inventifs, etc.

Même sous d’autres cieux, la déperdition de nos hommes et femmes par l’esclavage, a pu apporter des solutions au monde. Ces grandes inventions qui améliorent la vie de plus d’un aujourd’hui dans le monde, tels que les feux tricolores inventés par Garett MORGAN ; la lampe électrique par Joseph NICHOLS et Lewis LATIMER ; l’antenne parabolique par Granville WOODS ; la production sucrière améliorée inventée par Norbert RILLEUX ; l’aiguillage des trains inventé par William BURR ; la première machine pour la fabrication en série de chaussures par Jean MATZELIGER et j’en passe. Ces hommes n’ont pas été les seuls inventeurs noirs dont témoigne l’histoire. Il y en a bien d’autres connus, même pendant la période d’esclavage, que nous ne pourrons citer ici. Alors au regard de ses glorieuses références, laissons-nous aller à la persévérance, à la créativité et non à la paresse et à la détresse.

Chère Afrique, le monde entier voit tes richesses et te fait la cour, mais tu restes la seule aveugle, éblouie par la gloire des autres à qui tu veux ressembler et méprisant ce que tu as, ce que tu es…

Pensons-y…

 

Jenifer TORO, Gérante du centre d’affaires Graisen

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody