Treichville nous montrera-t-elle la voie de la propreté ? Société

602650634602650634.jpg

Depuis déjà quelques semaines, l’ONG My own business se charge de l’assainissement de la ville de Treichville. Un effet de mode ou alors une tendance qui dure ? Il est impossible de le dire actuellement mais il est possible de s’interroger sur le rapport des ivoiriens avec leur environnement. Abidjan est sale, oui mais qui la salit ? Abidjan est sale ! Oulala ce n’est pas possible !!! Qui n’a jamais entendu ou même prononcé cette phrase ? Personne car nous avons tous constaté à un moment l’état de notre belle ville. De Cocody à Adjamé en passant par Treichville, les ordures sont partout et sont devenues des habitantes à part entière de la ville. La faute à qui, me direz-vous ? La faute à moi, à mon voisin et à nous tous qui jetons les ordures un peu partout. Bien entendu, le manque d’infrastructures (insuffisance de poubelles et insuffisance du travail de la voirie…) explique certaines choses mais le comportement citoyen qui doit être le nôtre semble avoir pris le même avion que le respect. Il n’est cependant pas trop tard pour qu’il revienne et c’est ce que l’ONG My own business veut démontrer.

Il est possible d’assainir son environnement et son cadre de vie avec peu de moyens, si l’on est respectueux des règles de base. Par exemple, jeter les ordures dans la poubelle la plus proche ou les garder sur soi et le faire une fois arriver chez soi. Aussi l’on pourrait prendre un sac de course pour réduire le nombre de sachets utilisé ou organiser des ramassages collectifs dans les quartiers. Ce sont des gestes que nous pouvons tous accomplir et sans grands moyens. Et en cela, Treichville nous montre la voie à suivre avec ce mélange de solidarité, de volonté et de don de soi encore inédit.

Bien sûr, l’ONG My own business reste encore un idéal que n’atteindra pas forcément tout le monde, mais elle démontre que cela est possible avec de la volonté et quelques bases solides. Il y a une expression bien ivoirienne qui dit  que “L’ivoirien a peur de la pluie mais n’a pas peur de voiture”. Elle résume bien notre rapport à l’apparence et qui pourrait être transposé à l’environnement. Nous nous aimons donc aimons notre cadre de vie et notre belle ville. Un forum célèbre sur Facebook avait initié il y a quelque temps un débat sur la propreté et j’ai retenu une réponse que je voudrais partager avec vous : ‘’Initier une journée de la propreté où jeunes et vieux collecteraient les ordures au niveau de leur quartier.’’

Auteur de l'article

Commentez l'article

Abidjan.net
Educarrière
Intouch-CI
IYF
LITC
Lumen
Event225
Akody