La montée en puissance des femmes dans les marchés émergents

Les femmes se signalent plus qu'avant dans la création et la direction des Start-up

Les femmes se signalent plus qu’avant dans la création et la direction des Start-up

 

C’est devenu une habitude, dans la plupart des cas, ce sont les hommes qui sont à la tête des start-up, surtout dans le secteur de la technologie. Cependant, de plus en plus, l’on constate la présence de femmes entrepreneurs à la tête d’entreprises innovantes dans les marchés émergents.

 

Alors qu’il existe encore bien de défis relatifs à l’égalité des sexes, les femmes, dans les marchés émergents, tentent de briser le plafond de verre. Les femmes jouent aujourd’hui un rôle important dans l’économie de ces pays. Les entreprises du secteur de la technologie intéressent les femmes, au même titre que les hommes. Elles participent donc à la révolution de ce secteur en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient.  

L’augmentation du nombre de femmes à des postes stratégiques ne concerne pas uniquement les petites entreprises. Au Moyen-Orient, un changement significatif est en marche. Actuellement, plus d’un tiers des start-up sont fondées par des femmes et elles se battent chaque jour contre les stéréotypes et prouvent que l’on peut être une femme et diriger une entreprise rentable. Ces femmes sont indépendantes, jeunes, bien éduquées et de plus en plus technophiles. L’un des exemples les plus parlant est WOMENA, un réseau basé à Dubaï qui comprend des femmes investisseuses fortunées.

Autre exemple, le nombre impressionnant de femmes figurant dans les instances dirigeantes du portail immobilier mondial Lamudi. On trouve dans cette entreprise des cofondatrices, des directrices générales, des développeurs frontend, des chefs de produits, etc. Ces femmes aux compétences avérées dirigent des équipes entières au niveau international. À titre d’illustration, Lamudi Philippines a été fondé par une jeune femme entrepreneur, Jacqueline van den ENDE, qui a été invitée à s’exprimer cette année lors du sommet des Jeunes Leaders d’Asie.

 

A lire aussi : Pourquoi beaucoup d’entrepreneurs échouent-ils ?

 

Selon Jacqueline van den ENDE « Les femmes se défendent sur la scène commerciale mondiale et sont exigeantes. Je crois qu’en tant que femmes dans un environnement dominé par les hommes, nous sommes en position de force, nous avons la possibilité d’apporter du sang neuf pour créer une culture d’entreprise qui met en avant la collaboration et la motivation et pour éduquer et encourager les autres femmes à développer leur esprit d’entreprise. »

Pendant ce temps en Afrique, Lamudi a récemment nommé Akua Nyame-MENSAH au poste de directrice générale de Lamudi Nigeria. Il faut noter qu’Akua est aussi la directrice générale de Lamudi Ghana et continuera de diriger le développement de l’entreprise dans ces deux pays.

Les femmes entrepreneurs sont de plus en plus qualifiées. Pour en arriver à ce résultat, plusieurs programmes ont été mis en place pour soutenir cette future croissance. On pourra notamment citer Akirachix au Kenya, qui a été cofondé par un groupe de 12 femmes, qui apprennent aux jeunes filles comment devenir entrepreneur. Le Ministère kényan de la déconcentration et de la planification a d’ailleurs lancé un fonds pour les femmes entrepreneurs, le but étant de les aider à débuter et développer leur entreprise.

« Le monde des affaires dans les marchés émergents évolue tous les jours. Les femmes ont cette grosse opportunité de briser les barrières et surmonter les obstacles menant au succès, que ce soit en matière de technologie, immobilier, finance ou l’un des autres secteurs dominés par les hommes. Dans beaucoup de pays en développement, les femmes bien éduquées et férues de technologies sont un moteur de la croissance et de l’innovation dans nos entreprises. » Conclut van der Ende.

 

 

Article sponsorisé par Lamudi