Les maladies cardio-vasculaire, première tueuse des femmes

Les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) tuent plus que le palu et le SIDA

Les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) tuent plus que le palu et le SIDA

Les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), sont des tueuses silencieuses mais dangereuses. Elles tuent plus que le sida et le paludisme. Deuxième cause de mortalité au monde, les AVC n’ont pas de lieu préféré pour sévir, elles frappent sournoisement dans tous les endroits de la terre. Mais, il est bon de savoir que 87% du taux de mortalité survient dans les pays en voie de développement. Les AVC sont également la première cause de handicap chez les adultes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la première cause de décès chez les femmes. 

Les femmes sont les premières victimes de ces maladies. Très souvent, celles-ci pensent que les cancers du sein ou de l’utérus, sont ceux de qui il faut le plus se méfier, car faisant plus de victimes. Mais les statistiques mondiales prouvent le contraire. Selon l’OMS, 6,2 millions de personnes meurent chaque année d’un accident vasculaire cérébrale et trois quarts des décès proviennent des pays en voie de développement. De ces 6,2 millions de victimes, six décès sur dix concernent la gent féminine. Et les causes sont légion. L’utilisation de pilules contraceptives, les changements hormonaux, l’hypertension artérielle, la dépression, le diabète, etc., sont très souvent la porte ouverte aux AVC.

Les AVC sont le résultat d’une interruption de la circulation sanguine, dans le cerveau, et cela en général quand un vaisseau sanguin éclate ou est bouché par un caillot qui par la suite stoppe l’apport en oxygène et en nutriments. La conséquente qui en résulte, c’est la destruction des tissus cérébraux.

 

A lire aussi : L’urine peut-elle réellement nous rendre beaux ?

 

Le monde entier se mobilise pour atténuer l’ampleur de cette maladie qui fait plus de victimes chaque année. La lutte est engagée et les modes de prévention sont promus à travers des sensibilisations.  Fondations, ONG, organismes gouvernementaux et autres institutions supra nationale ne cessent d’accroître leur appel à la précaution et l’abstention de certains comportements à risque.

Mesdemoiselles, voici quelques symptômes de cette maladie. Si vous les ressentez, n’hésitez pas à consulter rapidement un médecin :

  • Troubles de la conscience (somnolence ou coma) pendant l’attaque (60% des AVC ont lieu en période d’éveil). La perte de la conscience accompagne généralement un AVC hémorragique ;
  • Perte de la sensibilité de la face, ou d’un ou de plusieurs membres. Chez environ un tiers des patients, une anesthésie (perte de la sensation, 
    engourdissement) et, dans des cas rares, une perte complète de sensations d’un côté du corps ou d’un membre ;
  • Difficultés à avaler. La déglution implique un grand nombre de nerfs et de muscles. Environ un tiers des patients ont des difficultés à déglutir dans les premiers jours ;
  • Paralysie ou faiblesse musculaire : 75% des personnes présentent un bras et une jambe affectées du même côté du corps (hémiplégie). Eventuellement, des mouvements plus légers, plus fins, comme l’écriture, peuvent être perturbés si la paralysie du membre n’est pas totale ;
  • Altérations de la vision : diminution de la vision d’un oeil, vision double, baisse de l’acuité visuelle ;
  • Perte de l’équilibre ou de la coordination, vertiges ;
  • Maux de tête inhabituels, accompagnés de nausées et de vomissements.

 

Diceca OFFA