Ushahidi, une technologie africaine qui a conquis le monde

Ory OKOLLOH, fondatrice d'Ushahidi

Ory OKOLLOH, fondatrice d’Ushahidi

 

Créé en 2008, par la kényane Ory OKOLLOH, avec l’aide du blogueur américain Erik HERSMAN et des informaticiens kényans David KOBIA et Juliana ROTICH, Ushahidi qui signifie ‘’Témoignage’’, en swahili, langue kényane, est un site dont l’objectif est de permettre d’identifier des zones à risques pendant certaines situations de troubles sociopolitiques ou de troubles dus aux intempéries. Comment cette petite entreprise est-elle devenue une référence mondiale ? Découverte.

 

Les motivations de la création du site

Le regard de la kényane Ory OKOLLOH, sur les violences post-électorales survenues dans son pays, était différent de celui de ses concitoyens. Elle fit le constat que les évènements tragiques qui secouaient son pays étaient faiblement couverts par les médias. Ce qui donnait peu d’informations, par exemple, sur les endroits dangereux dans lesquels la population ne devrait pas circuler. Pour ce faire, Ory pense à la création d’un site internet qui donnera aux populations, vivant à proximité des zones de troubles, de repérer les endroits dangereux et de les porter à la connaissance des kényans et du monde entier.

 

Le succès formidable du site Ushahidi

Après quelques opérations, c’est un véritable succès. Aujourd’hui, cet outil s’est adapté à d’autres phénomènes sociaux et est utilisé par plusieurs pays dans la gestion de bon nombre de projets citoyens qu’ils initient. À titre d’exemple, 154 États ont utilisé Ushahidi dans 22 000 projets citoyens en 2012. Des institutions internationales utilisent également cet outil. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, l’a utilisé pour identifier les zones ravagées après le séisme de 2010 en Haïti, afin de faciliter l’apport des aides aux populations sinistrées. L’ONU a profité de l’attractivité de cet outil, pour faciliter ses interventions humanitaires en Libye en 2011.

Lancée en avril dernier à Bujumbura au Burundi, la ‘’carte en ligne’’ Ushahidi, est actuellement utilisée en vue de visualiser les violences faites aux civiles.

 

A lire aussi : La mode ivoirienne à la conquête de l’Afrique

 

La cartographie en ligne d’Ushahidi est un nouvel instrument de communication, utilisé par certaines communautés pour présenter leurs revendications et obtenir des informations difficilement accessibles. Dans cette lancée, elle participe à l’amélioration des conditions de vie des populations sur les quatre continents.

De plus en plus, de nouvelles utilisations lui sont assignées. Au Nigeria, en Zambie, en Colombie et en Albanie, des collectifs d’organisations ont utilisé Ushahidi en vue de mettre à nue les fraudes pendant les élections. En Égypte et en Inde, Ushahidi a servi à dévoiler les sévices sexuels exercés sur les femmes ; en Syrie ou en Afghanistan, des structures internationales, l’ont utilisée afin de gérer leurs activités sur le terrain. Cet été, la Suède l’a utilisée pour intenter une action répressive contre les discriminations homophobes.

 

Fonctionnement et utilisation d’Ushahidi

La plateforme Ushahidi reçoit et collecte les informations envoyées par e-mail et par SMS, et les dispose sur une carte en ligne. Libre et gratuite, elle permet de gérer un grand nombre d’informations qui pourrait affluer en temps de trouble. Elle filtre et vérifie en temps réel des données provenant de canaux tels que Twitter, les services de messagerie SMS, l’e-mail et les flux RSS. Ushahidi est destiné aux médias, aux structures de secours et d’urgence et autres organismes chargés de trier des données en fonction de leur fiabilité.

Les possibilités d’utilisation d’Ushahidi sont multiples. L’outil peut être téléchargé, sans aucune exigence. Aujourd’hui, on évalue à plus de 60 000, les projets qui ont Ushahidi dans leur exécution.

La création de ce projet et son évolution sont un bel exemple d’altruisme et de réussite pour la Jeunesse africaine. À partir de l’envie et du besoin d’aider les autres, on arrive à trouver une solution à leurs problèmes.

 

Amy Tapé

07 56 80 58

amytape@tomorrowmag.net