Breaking News

YALI : Coumba Diop SALL Leadership

YALI : Coumba Diop SALL
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Plusieurs programmes de formation existent pour le développement de la Jeunesse africaine. L’existence de tous ces programmes est louable. Toutes sont bonnes, mais il est indéniable que le programme Young African Leaders Initiative (YALI), initié par le gouvernement américain, a eu un impact plus remarquable et plus retentissant. L’impact des Jeunes bénéficiaires dans leurs différentes communautés en est le témoin.

Une alumnae du Centre Régional YALI Dakar a bien voulu partager, avec Tomorrow Magazine, sa vision de l’entrepreneuriat et les souvenirs de son expérience.

Mariée, Coumba Diop SALL est assistante comptable et poursuit également un master d’audit et de contrôle de gestion. Cette jeune sénégalaise pétrie de talents que nous avons eu l’honneur de rencontrer au YALI Dakar a participé à ce programme dans la cohorte Business et Entrepreneuriat. À l’instar de nombreuses africaines, elle a décidé de prendre son destin en main avec un projet aussi ambitieux que louable dans le milieu de la mode.

«Le programme YALI a eu un impact positif sur moi, car il m’a d’abord permis de développer mon leadership et d’apprendre de nouvelles choses sur ma personnalité. Je me suis redécouverte dans la mesure où j’ai appris à sortir de ma bulle, à vivre en communauté et à accepter l’autre tel qu’il est. J’avoue que mon séjour ici m’a révélé à moi-même et j’ai aussi beaucoup appris sur mon leadership. L’initiative qui m’a emmenée à ce programme est la promotion d’une marque de foulard appelée ‘’Shic’’ que j’ai déjà lancé. Je veux avec mon équipe, produire des foulards préfabriqués en Afrique. Mon pays, le Sénégal, importe un grand nombre de foulards et nous observons une marge croissante de femmes voilées depuis quelques années. Avant, Nous ne faisions que des foulards islamiques mais au fil du temps, nous avons décidé d’innover en confectionnant des foulards accessibles à toutes les femmes, sans distinction. Nous nous heurtons cependant à la concurrence des foulards de provenance turque qui sont beaucoup utilisés ici et même dans la sous-région. Il faut savoir que ce milieu est très saturé et face à cela, nous brandissons une bonne dose d’originalité et de créativité dans nos collections. Notre combat dans notre communauté, c’est de motiver les jeunes à se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat. L’État ne pourra pas répondre aux besoins de tout le monde. Nous devons donc nous prendre en charge en créant nous-même des activités génératrices de revenus. Mon plus beau moment au programme YALI s’est déroulé durant les séances de Life Skills où j’ai été émotionnellement touchée. C’est un moment que je n’oublierai jamais et j’y repense certaines fois en revoyant les changements que cela m’a apportés. Cette formation a été tellement riche et m’a grandie tant sur le plan du business et de l’entrepreneuriat que sur le plan personnel.»

Dans cette société où l’image de la femme est mise à mal, à cause de la dépravation des mœurs, il faut du cran à la gent féminine pour se faire respecter. Ces mots de Coumba Diop SALL sonnent alors comme une ode à l’espoir et à la persévérance pour toute la jeunesse. Elle a su tirer profit des connaissances que lui a apporté sa participation au programme YALI et a décidé d’être un exemple dans le domaine de l’entrepreneuriat. On peut le dire, l’Afrique peut encore compter sur sa population féminine ; des battantes comme Coumba Diop SALL il y en a.

Téléchargez gratuitement Tomorrow Magazine en cliquant ICI

 

Meganne BOHO

YALI : Coumba Diop SALL
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz