Les Pharaons noirs d’Égypte

La fameuse découverte des statues de Pharaons noirs a permis à l’Afrique, notamment au Soudan, de restituer une partie de son histoire.

Les Pharaons, puissants rois de l’Égypte ancienne, n’étaient pas des hommes ordinaires. C’étaient des dieux. Dans l’imagerie populaire, les Pharaons sont tous de race blanche. Mais en janvier 2003, une grande équipe d’archéologues Suisses, sous la houlette de Charles BONNET, nous a fait découvrir, suite à une remarquable découverte au Soudan, cinq statues de Pharaons noirs ayant régné sur l’Égypte durant un siècle (750-650 av J.C). 

La fameuse découverte des statues de Pharaons noirs a permis à l’Afrique, notamment au Soudan, de restituer une partie de son histoire. Tout partira du rêve et de la passion d’un jeune homme téméraire, Charles BONNET.

Qui est ce Charles BONNET ? 

Comment évoquer la question des Pharaons noirs sans parler de celui qui aura consacré près d’un demi-siècle de sa vie à l’histoire du Soudan. Pour être plus précis, il aura fallu 40 années de fouilles dans le désert du Soudan pour que Charles BONNETparvienne à faire une découverte aussi remarquable que fascinante pour le peuple africain et particulièrement pour le peuple Soudanais.

Charles BONNET est né le 15 Mai 1933 à Satigny en Suisse et est issu d’une famille de viticulteurs. Il fréquentera une école d’agriculture puis de viticulture sûrement en vue de pérenniser l’activité familiale. Mais il sera très vite rattrapé par sa passion et son rêve. Il dira d’ailleurs à propos : « Très jeune, je me suis intéressé au passé, c’est sans doute l’influence de ma mère qui me parlait des princesses burgondes de notre région. Mon père avec raison m’a dit : ’’Apprends d’abord ton métier de vigneron et quand tu pourras vivre avec tes vignes, tu pourras toujours faire de l’archéologie.’’ C’est exactement ce que j’ai fait ! » 

Après l’obtention de ses diplômes, Charles BONNET et ses amis entreprenent des fouilles archéologiques en Égypte. Finalement, ils déposeront leurs valises au Soudan en 1965, suite aux nombreuses difficultés auxquelles ils sont confrontés en Égypte. Après plusieurs années de travaux sur un site nommé Tabo, Charles BONNET et son équipe arrivent à Kermaen 1972 pour des fouilles archéologiques à 1 kilomètre de la Deffufa (les restes d’un temple historique qui s’élèvent à 20 mètres de hauteur). Kerma, il faut le rappeler, fut la capitale du royaume nubien entre 2500 et 1500 av J.C et elle a joué un rôle très important dans la civilisation soudanaise.

Le royaume De Kerma 

Le royaume de Kerma a connu 1 000 ans de civilisations et de développement (2500 -1500 av J.C). Ce royaume recouvrait une partie de la Nubie actuelle et était aussi grand que l’Égypte. Il s’étendait en effet sur 1 000 kilomètres le long du Nil. Le royaume nubien devenait de plus en plus puissant et prospère, ce qui suscita de la crainte chez leurs voisins Égyptiens qui voyaient désormais la menace d’une concurrence commerciale. Les Égyptiens étaient beaucoup intéressés par les matières premières et l’or du sud du pays or les Nubiens ne leur facilitaient pas toujours l’accès aux différentes voies commerciales situées sur leur territoire.

A lire aussi : Les mystérieux ponts de liane chez les Yacouba

Les Égyptiens entreprendront alors des expéditions guerrières qui leur permettront d’établir des comptoirs et définir une frontière avec le royaume de Kerma. Mais du XVIe au XIIe siècle avant notre ère, ils parviendront à établir leur domination sur le royaume de Kerma en le détruisant entièrement et en déportant les descendants en Égypte en vue de leur acculturation. En imposant ainsi leur culture, leurs dieux, leurs temples et leur écriture au peuple nubien, les Égyptiens ont pu asseoir leur hégémonie durant des siècles.

Mais au XIe siècle av J.C, l’Égypte connaît un affaiblissement avec en son sein plusieurs royaumes rivaux. Le peuple nubien acquiert son indépendance et ses principaux souverains profitent de l’occasion pour envahir l’Égypte. Ce sera alors l’époque des Pharaons noirs.

Les Pharaons noirs 

Cinq Pharaons noirs domineront sur le Soudan et l’Égypte de 750 à 650 av. J.C. Le premier, Piyé, régna de 746 à 716 avant notre ère. Cependant, son installation en Égypte fut de courte durée, il rentrera très tôt à Napata, capitale nubienne d’alors où il s’installera définitivement jusqu’à la prise de règne de son successeur Chabaqa en 716 av. J.C.

Celui-ci régnera jusqu’en 702 avant notre ère. L’on considère en général le règne de Chabaqa comme le début de la XXVème dynastie. À son époque Memphis, devint la capitale de Kerma. Le troisième Pharaon noir, Taharqa, fut incontestablement le dernier illustre roi de l’Égypte. Il régna sur un territoire qui s’étendait du Nord du Soudan jusqu’en Palestine. Ce fut un véritable bâtisseur. Faite un tour en Égypte, de nombreux temples encore existant qu’il a fait construire témoignent de sa grandeur. Son règne dura de 690 à 664 avant notre ère. Après lui, deux autres Pharaons noirs régneront sur l’Égypte et le Soudan. Il s’agit notamment de Chabaqata et de Tanoutamon. Leur règne durera respectivement de 702 à 690 et de 664 à 656 avant notre ère.

Durant un siècle, des Soudanais de race noire auront donc régné sur l’Égypte. Ils seront finalement repoussés par les Assyriens dans la seconde moitié du VIIème siècle. Pour effacer toute trace de leur domination, les Égyptiens casseront leurs statues qu’ils cacheront par la suite. Mais grâce aux recherches de Charles BONNET et de son fils, le Soudan, un pays longtemps déchiré par la guerre peut être fier et se targuer d’avoir à un moment donné de l’histoire, régner sur la grande Égypte.

 

Pamphile GNAHOUA 

About Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN, aussi appelé Mister Colombo, est un Journaliste ivoirien. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, Yannick est un passionné de la Jeunesse Africaine. Sa plume, il l'a met au service de la promotion du Leadership de celle-ci.

View all posts by Yannick DJANHOUN →
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires