Poser le pas ouvre les portes

 

Après nos interventions sur des thématiques liées à l’entrepreneuriat, nous entendons des personnes marmonner ce genre de phrases, «Ils vont encore nous fait rêver et ne rien nous dire de concret.» Elles n’ont pas totalement tort.

Nous avons tellement entendu des concepts et des discours creux liés au rêve qu’il serait plus judicieux de mettre certaines choses au point et d’éclairer la lanterne de toutes ces personnes qui liront cet article. Mais je veux plus particulièrement m’adresser à ces Jeunes qui sont constamment abusés. Une histoire qui m’a fortement marqué pourrait mieux vous faire comprendre ma pensée.

Salomé était une Jeune dame qui passait le clair de son temps à dire : «Je serai une grande maquilleuse ; j’aurai mes salons d’esthétiques ; j’aurai mon équipe de Make up pour couvrir les grands événements de beauté, etc.» Mais l’inadéquation entre ces rêves et son vécu quotidien était malheureusement contraire. Pendant nos moments de causerie, j’aime à lui poser la question de savoir ce qu’elle fait de ses journées. J’espèrais franchement entendre qu’elle s’affairait à mettre en place une équipe dans le cadre de l’exécution de son projet ou qu’elle était dans des courses relatives à la création de son entreprise, mais je me surprends toujours à être surpris de l’entendre dire plutôt ceci, «Je suis à la maison devant le poste téléviseur.» Ou encore «Je suis couché à la maison et j’attends maman pour me remettre l’argent du petit déjeuner.»

Je crois que vous savez maintenant à quoi est ce que je compte m’attaquer dans cette colonne que Tomorrow Magazine m’offre. J’ai couché ma plume pour encourager tous ces Jeunes qui continuent de rêver et qui veulent réellement passer du rêve à la réalité.

Au commencement était le rêve

Toute entreprise, quelle que soit la taille et le rêve qui le porte, peut être réalisée. Je ne parle pas de ces simples rêves que l’on conçoit, qui sont sans intérêt véritable et qui n’ont de raison d’existence que de satisfaire un besoin personnel. Non, il est question ici d’un rêve très bien pensé que l’on s’emploie ensuite d’organiser minutieusement. Je refuse d’admettre que l’argent est la première nécessité pour la réalisation d’un projet, d’un rêve. Les ressources financières ne sont qu’un moyen parmi tant d’autres pour y arriver.

Tout processus d’implémentation de son projet de création d’entreprise commence par un rêve, une vision. Rêve au bout duquel l’on répondra à un besoin qu’on a pris soin d’observer, à travers le mécanisme d’empathie.

Vous avez le pouvoir de le réaliser

Robert KIYOSAKI est l’auteur du livre «père riche, père pauvre», un best-seller qui a inspiré et continue d’inspirer de nombreuses personnes à travers le monde. Il y raconte qu’étant déjà tout petit, il rêvait de devenir riche. Pour y arriver, il a communiqué cette ambition à son meilleur ami et à deux, ils ont décidé de collecter des tubes de dentifrice, les fait fondre et fabriquer des pièces d’argent. Cette entreprise, aussi invraisemblable qu’elle puisse paraître, les a conduite vers celui qui deviendra son mentor. Ce dernier, leur a  appris les notions de bases de la création de richesses.

Je conseille vivement ce livre extraordinaire à tous les Jeunes entrepreneurs du monde.

Qu’est-ce qu’il faut retenir de cette histoire ? Un rêve auquel on croit fermement, même naïvement, nous conduit à sa planification et à sa mise en œuvre. Un jour, il nous conduit vers un succès inespéré. Alors sachez une chose, votre audace et votre ‘’folie’’ enverront vers vous les ressources et les personnes qui vous aideront à réaliser vos rêves. Continuez de rêver, mais tâchez de surtout passer à l’action. Jeunesse Africaine, sortons de vos zones de confort et nous réaliserons que même les difficultés sont des opportunités.

 

Serge KOFFI

About Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN est un Journaliste ivoirien de 31 ans. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, Yannick est un passionné des questions touchant au leadership et au Mind Education de la Jeunesse Africaine.

View all posts by Yannick DJANHOUN →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *