Wiz Farel : l’artiste né des réseaux sociaux

Wiz Farel

Wiz Farel a 21 ans et guérit les cœurs meurtris par la magie des mots qu’il sait si bien manier. Slameur, ce Jeune talent originaire du Gabon est, incontestablement, l’un des artistes de cette nouvelle vague qui parviennent à toucher profondément le cœur des mélomanes. Tomorrow Magazine a tendu son micro à Wiz Farel et c’est sa première interview avec un média africain.

Tomorrow Magazine : Wiz Farel, en dehors de ce nom, qui es-tu ?

Wiz Farel : Merci infiniment à Tomorrow Magazine pour cette opportunité qui m’est offerte de m’exprimer. À l’état civil, mon nom c’est Vlad Farel ONANGA, je suis Gabonais et je suis un artiste, auteur, compositeur et slameur. Pour finir, j’aimerais dire que je suis un amoureux de la littérature et de la musique.

 TM : Wiz Farel, comment démarre cette aventure dans la musique ?

WF : J’ai fait mes premiers pas dans la musique grâce à mon frère Farouck Dji, un artiste gabonais, avec qui j’ai enregistré plusieurs titres. Je me suis laissé bercé par les chanteurs RN’B américains et français dans mon adolescence et j’ai eu envie à l’âge de 16 ans d’enregistrer mon premier titre, intitulé ‘’Ma préférée’’. Aujourd’hui, mon univers musical se situe entre le RN’B et le Slam.

TM : Le public vous découvre véritablement avec votre deuxième album intitulé ‘’Mes Lettres’’ sorti en août 2019 et réalisé entièrement par vous-même, mais votre succès est surtout dû à ses nombreux textes publiés sur votre page Facebook. Comment ça évolue là-bas ?

WF : Oui c’est vrai, mes publications sur Facebook m’ont permis de toucher de nombreuses personnes. J’ai aujourd’hui près de 200 000 fans sur ma page Facebook (https://web.facebook.com/IamWizFarel) et j’ai plus d’un million de vues de mes vidéos sur ce réseau social. J’essaie de maintenir cette progression en offrant à mes abonnés du contenu de qualité. J’affectionne particulièrement le fait de plonger mes auditeurs dans un storytelling basé sur une vision tourmentée de l’amour. J’oscille entre périodes éclaircies et d’autres un peu plus assombries. Mais finalement, mon objectif, c’est de donner de l’espoir à tous ceux qui me suivent.

A lire aussi : Interview exclusive : Didier DROGBA, Seul le talent ne suffit pas

TM : D’où vous est venue cette passion pour l’écriture, et quelles sont vos sources d’inspiration ?

WF : Cette passion pour l’écriture, je l’ai depuis l’enfance, parce que j’ai commencé à lire très tôt. Je suis un grand passionné des mots. Je m’inspire de tout, du monde, de la nature, de mes expériences, de l’expérience les autres, etc.

TM : Wiz Farel, Parlez-nous de vos œuvres.

WF : Comme vous le savez déjà ‘’Mes lettres’’ est mon deuxième album après ‘’Forever’’, sorti en 2018, et il se décline en 10 œuvres. Ces lettres se lisent comme des conseils qui veulent redonner de l’espoir aux personnes brisées et s’adressent particulièrement aux femmes. Pourquoi les femmes ? J’ai mis la Femme au centre de cette œuvre, simplement parce que je n’ai grandi qu’avec ma mère et je suis fasciné par la force d’une femme. J’ai voulu remercier cet être magnifique.

Mon objectif premier, en sortant cet album, c’est de guérir et d’apaiser les cœurs brisés. Le but est que chacun retrouve sa lettre et son réconfort à travers cet album que vous pouvez découvrir sur ma chaîne YouTube (https://www.youtube.com/c/WizFarel/channels).

 

Interview réalisée par Yannick DJANHOUN

 

 

About Yannick DJANHOUN

Yannick DJANHOUN, aussi appelé Mister Colombo, est un Journaliste ivoirien. Actuellement Rédacteur en Chef de Tomorrow Magazine, Yannick est un passionné de la Jeunesse Africaine. Sa plume, il l'a met au service de la promotion du Leadership de celle-ci.

View all posts by Yannick DJANHOUN →
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires